#UBS4climate – Neutralité climatique de 100%

Vous nous avez sauvé, maintenant nous sauvons votre climat.

La plateforme artistique Ignorance Unlimited revendique la fausse campagne UBS4climate

Avec une campagne dans plusieurs villes, des militant-e-s attirent l’attention sur la nouvelle campagne UBS4climate. La fausse campagne a une longueur d’avance sur la politique d’investissement d’UBS et accélère sa sortie des combustibles fossiles. La plateforme artistique Ignorance Unlimited s’engage en faveur de la campagne suisse et appelle la politique suisse à freiner la place financière suisse et enfin à s’y attaquer fermement. Ce n’est qu’ainsi qu’un avenir renouvelable et respectueux du climat sera possible.

Berne, Bâle, Genève, Nyon, Lausanne, Saint-Gall, Wädenswil, Winterthour, Zurich, 2 mai 2019 : une centaine de personnes ont distribué des affiches de la nouvelle campagne ” UBS4climate ” dans la nuit du 01 au 02 mai. La fausse campagne, coordonnée par la plateforme artistique “Ignorance Unlimited”, se concentre sur la politique d’investissement catastrophique de la grande banque UBS et, dans une perspective utopique, attire l’attention sur sa sortie des énergies fossiles (neutralité climatique de 100%).
” Face à la catastrophe climatique, nous avons une longueur d’avance sur la politique d’investissement d’UBS “, déclare la militante Emma (20 ans). Cette démarche est également bien accueillie par les actionnaires d’UBS. Vidéo de la campagne d’affichage:


La place financière, principal levier de la Suisse

” Avec notre campagne, nous voulons nous concentrer sur ce qui est vraiment pertinent et agir comme le levier le plus important de la place financière suisse “, déclare Michael (18 ans), militant. Avec des investissements dans le fracking, les sables bitumineux, les oléoducs, le lignite et d’autres combustibles fossiles, UBS, en tant qu’acteur important de la place financière suisse, contribue à un scénario de réchauffement climatique de 4 à 6 degrés Celsius.

L’état d’urgence climatique implique de faire face à l’impact de l’UBS

Par leur action, les militant-e-s responsabilisent la politique suisse. Alors que la Confédération et la Banque nationale suisse ont soutenu UBS à hauteur de plusieurs milliards d’euros dans le cadre de ses efforts de sauvetage des banques en 2008, les mesures de protection du climat sont en manque. L’état d’urgence climatique consiste à informer la population sur les machinations de banques comme UBS et à en tirer les conclusions qui s’imposent. Ce n’est qu’avec un frein complet drastique que l’objectif de 1,5 degré peut encore être atteint. ” Au lieu de financer les dettes d’UBS, les politiciens suisses pourraient désormais défendre un avenir renouvelable, respectueux du climat et juste et s’attaquer à la place financière suisse “, déclare Angela (50 ans). Un secteur financier durable et respectueux du climat, n’est pas au service d’un petit nombre d’actionnaires importants, mais plutôt au service de la communauté.

Pour un avenir !